OU VA L’ARGENT DE LA PROTECTION ANIMALE ?

OU VA L’ARGENT DE LA PROTECTION ANIMALE ?

Le financement de la protection animale est un sujet délicat, presque tabou. Pour protéger les animaux, certains ont fait de leurs domiciles des refuges improvisés et se sont retrouvés sans le sou au bout de quelques années. D’autres ont su créer des associations ou des fondations sans la moindre structure d’accueil et bénéficier de dons et de legs considérables… Quoiqu’on en dise, le secteur de la protection animale est inféodé à la recherche de financements et le moins que l’on puisse dire c’est que certains « protecteurs » sont plus doués que d’autre dans ce domaine.

Publication des comptes

Donner à une association ou à une fondation ayant pignon sur rue devrait être une garantie de l’utilisation efficace, rationnelle et éthique de ces fonds. Ces organismes, qui communiquent si bien sur l’importance de « donner pour les animaux », sont moins ouverts lorsqu’il s’agit de s’expliquer sur leurs dépenses. Leurs sites internet sont peu loquaces et, malheureusement, les comptes annuels publiés par ces organismes sont loin d’être des bilans comptables accompagnés d’explications détaillées qui permettent une analyse claire et efficace. Force est de constater que ces organismes savent demander l’argent mais ont beaucoup de mal à montrer ce qu’ils en font …

Trois exemples passionnants :  Les SPA, les fondations et les petites associations

Dans le petit monde des SPA, c’est la guéguerre permanente. Avec l’arrivée de Natacha Harry en 2013, la Spa de Paris a tenté de s’approprier l’appellation en déposant la marque « la SPA ». L’association Parisienne gère directement 55 refuges et génère chaque année plusieurs dizaines de millions de legs et de dons… En 2018, pendant que les 260 autres refuges indépendants (dont 110 SPA) tentaient désespérément de se faire entendre au sein d’une Confédération hétéroclite et vacillante, « La SPA » parisienne, dirigée par un Colonel de Gendarmerie, dépensait presque 8 millions d’euros dans la communication et le marketing. Elle n’hésitait plus à organiser des opérations de collectes de rue ou de collectes de fonds téléphoniques dans des départements où elle n’avait aucun refuge.

Les fondations contrairement aux associations n’ont pas à tenir compte des souhaits de leurs adhérents, elles n’en ont pas… La Fondation « 30 millions d’amis »   par exemple, grâce à son statut de « fondation » reconnue « d’utilité publique », avec un unique petit refuge, arrive à capter chaque année plus de 10 millions d’euros de dons et de legs. Une partie minoritaire seulement des sommes collectées sont reversées à différents refuges indépendants au bon vouloir de son indéboulonnable présidente. Le reste part dans des actions de « sensibilisation du public », de « frais d’appel à la générosité du public » et des « réserves financières » (plus de 30 millions d’euros de placements en 2018…)  sans pouvoir savoir si la société de production de Madame Hutin propriétaire de la marque « 30 millions d’amis » touche une partie du pactole (sa société PRO TV ne déclare plus son bilan depuis 2005)… Rien ne garantit vraiment le bon usage de ces fonds.

En marge des SPA, des fondations et des refuges indépendants, il y a la nébuleuse des centaines de petites associations de protection animale. Il y en a plusieurs, chaque jour, qui se déclarent au journal officiel. Certaines sont très utiles en faisant œuvre sociale (stérilisation des chats, nourrissage, familles d’accueils,…) d’autres dépassées par l’enjeu et le manque de moyens ne vivent que quelques mois, et certaines malheureusement utilisent la réglementation peu contraignantes des associations loi de 1901 pour traficoter dans leur coins. C’est variable !

A qui faut-il donner pour aider les animaux ?

Avant de donner à un organisme de protection animale, qu’il soit fondation ou association, mieux vaut être sûr de sa gestion. C’est pourquoi, même si sa communication est attrayante (voire larmoyante), vérifiez qu’il a une comptabilité saine et détaillée. Si c’est une association n’hésitez pas à adhérer c’est le meilleur moyen d’avoir accès aux comptes d’exploitation et de faire entendre votre voix.