LES SPA DOIVENT SE BATTRE POUR LE CLIMAT !

Mesdames, Messieurs les Présidentes et les Présidents de SPA

Le jeudi 18 juillet 2019, la SPA de Montpellier a connu une situation catastrophique sans précédent. Le feu de forêt qui frappait le massif de la Gardiole a failli dévaster ses installations et envoyer les 400 animaux du refuge en enfer. Le drame n’a pas eu lieu parce que la directrice avait pris soin de faire débroussailler les 50 mètres de garrigue qui sont derrière la SPA au printemps. Mais cet accident est révélateur de la catastrophe climatique qui est à nos portes. Il est aussi le révélateur de l’inaction des politiques en matière d’environnement depuis 50 ans.

Les SPA doivent faire pression sur les autorités pour la mise en place immédiate d’un véritable plan Marshall de l’environnement. Elles doivent unir leurs forces et rejoindre le combat des jeunes qui se battent pour le climat et la préservation de la biodiversité !

FeuSPAMontpellier

Sinon à quoi bon ? A quoi bon sauver des chiens, des chats et des chevaux pour les mettre dans des refuges s’ils ne sont plus entourés que d’une terre calcinée par le réchauffement climatique ?

A quoi bon protéger quelques milliers d’animaux si les champs, les forêts et les rivières ne sont plus que des cimetières pour des millions d’abeilles, d’oiseaux ou de poissons ?

A quoi bon, à Paris, se flatter d’engranger toujours plus de legs et de dons si cet argent ne sert qu’à promouvoir un discours lénifiant vieux de 170 ans ?

Aujourd’hui, les jeunes n’ont pas besoin d’être formés à la protection animale, ils ont parfaitement compris le discours des scientifiques sur le climat. Ils ont besoin d’être écoutés et totalement soutenus par les sociétés de protection animale dans ce combat !

Les SPA doivent se battre pour le climat !

Alain Lambert

Rédacteur au Journal de la Protection Animale

Signer la pétition « Les SPA doivent se battre pour le climat ! »

Adopter un Jack Russell

Comme son nom l’indique, le terrier du Révérend Jack Russell fait partie des chiens qui ont pour vocation première de mettre leurs nez dans la terre. De nombreuses races de chasseurs de renard sont issues de Grande-Bretagne comme le Jack Russell qui vient précisément du comté de Devon en Angleterre. En France, pendant plusieurs années, les autres terriers d’Outre-Manche : les terriers d’Ecosse des bouteilles de scotch, les cairn et les norwich plus ramassés, les bull terrier au crâne plat et au stop effacé, les welsh au poil de « fil de fer » ont été supplantés en nombre par les Jack, comme on les appelle. Aujourd’hui, on les trouve souvent en milieu urbain parce qu’ils ont un format qui s’y prête bien.

Le Jack Russell Terrier mesure de 25 à 30 cm et le Parson de 31 à 38 cm. Il a un poil lisse facile à entretenir ou un poil dur qu’il faut toiletter. Sa tête qui n’est pas écrasée et son corps robuste font de lui un sportif accompli quand il n’est pas trop nourri. Il doit selon son standard ne pas dépasser les 7 kilos.

Il y en a malheureusement de plus en plus dans les refuges car ceux qui ont acheté ce type de chien ne savent pas toujours canaliser cet animal tout terrain. On trouve également dans les 260 associations de la confédération, une multitude de petits terriers atypiques qui ont la particularité d’avoir un physique unique. Comme toujours, n’hésitez pas à poser des questions aux bénévoles et aux agents animaliers pour connaître le caractère du joli terrier que vous aurez repéré.

 

Adopter un berger allemand

Le berger allemand est un des chiens les plus connus au monde. Même ceux qui ne connaissent rien à la cynophilie sont capables d’identifier sa morphologie. Ses oreilles droites et bien dressées, sa tête en forme de coin ni courte ni allongée, sa poitrine profonde, ses courbes obliques et la couleur noir et feu de ses poils court ou longs permettent de facilement le reconnaître. Sa corpulence (une taille de 55 à 65 cm au garrot et un poids de 22 à plus de 45 kilos) font de lui un chien impressionnant qui aura besoin d’entrainement. Le standard de la race le décrit comme un animal fidèle et obéissant mais c’est surtout sa bonne éducation qui conditionnera cette définition.

Dans les 260 refuges de la confédération on trouve de nombreux chiens de berger avec ou sans pedigree. On trouve également des mélanges incroyables qui ont vu passer un berger allemand dans leurs parentés. Mieux vaut éviter un discours catastrophiste ou élogieux sur les comportements de ces toutous car il y a autant de tempéraments différents que de chiens à adopter. Qu’il soit croisé ou non, plutôt que d’avoir une idée préconçue, passez du temps dans le refuge avec le chien qui vous aura plu. Sortez-le de sa cage et observez-le bien. Pour savoir s’il apprécie les enfants, les autres chiens, les chats ou s’il s’adaptera facilement à votre milieu de vie, écoutez avec attention les informations que pourront vous donner les agents animaliers. Ce sont eux qui, chaque jour, l’ont vu évoluer.

Adopter un labrador

Le labrador est une race de chien très à la mode à la campagne comme en milieu urbain. Il est facile à reconnaître avec sa tête ronde, ses oreilles tombantes, sa grosse truffe, ses yeux marrons et sa queue épaisse. Il a un pelage court noir, jaune ou chocolat avec un sous-poil résistant. C’est un chien puissant qui pèse une trentaine de kilos. Il est grand puisqu’il peut mesurer jusqu’à 57 centimètres au garrot.

Dans les 260 refuges de la confédération les labradors ne manquent pas.. Aujourd’hui, dans celui de Caubeyres, dans le Tarn et Garonne, Lotus fait le beau lors d’une séance photo pour trouver un nouveau maître. Qu’il soit croisé ou avec un pedigree, le labrador est un animal facile à trouver. Dans chaque refuge de la confédération, il y en a souvent plusieurs à adopter.

Nérée, quand à lui, a trouvé une famille depuis longtemps car il est très sociable. Aujourd’hui, il est très utile à sa maîtresse dans son travail d’orthophoniste.

L’engouement pour cette race ne faiblit pas vraiment car le travail de chien médiateur ou de chien guide donne au labrador une image très positive.

Cela ne veut pas dire pour autant que tous les labradors ont des dispositions pour faire de la médiation. Le labrador fait parfois les frais de sa trop bonne réputation. Ce n’est pas parce que vous adoptez un labrador qu’il sera plus facile à la maison. Chaque chien a sa personnalité, il faut qu’il soit bien sociabilisé et il faut lui donner une bonne éducation. N’hésitez donc pas à demander conseil aux agents animaliers pour connaître le caractère et le tempérament du chien que vous voulez adopter qu’il soit labrador ou non.

Qui fédère 260 refuges en France ?

260 associations se sont rassemblées au sein de la Confédération.

La Confédération est un organisme fédérateur, qui réunit des associations indépendantes réparties sur toute la France et les départements d’outre-mer partageant des valeurs communes pour la protection des animaux, sous le titre « Défense de l’animal ». Elle a été fondée le 16 mars 1928 et est reconnue d’utilité publique.

La confédération est le plus important réseau français de protection des animaux, présent dans 95 départements et qui agit sur le terrain : Refuges de proximité et fourrières, maisons de retraite pour animaux âgés, refuge pour animaux de ferme, chevaux…Gestion des chats libres (stérilisation, identification et suivi des populations)….

Réparties sur toute la France, elles rassemblent 462.000 adhérents au service de la défense de l’animal et prennent en charge 80 % des animaux en détresse.

C’est également :

  • Plus de 180 000 animaux accueillis chaque année
  • 24 000 places d’accueil pour chiens, chats et autres animaux en détresse
  • 13 500 enquêtes de maltraitance
  • 3 000 bénévoles réellement actifs
  • 1 200 personnes salariées pour les soins au quotidien