VOILA POURQUOI IL FAUT ARRÊTER L’ÉMISSION 30 MILLIONS D’AMIS !

Un article de Gisèle Dreux et Alain Lambert – Janvier 2016

Avant de signer la pétition que Réha Hutin diffuse dans les médias et les réseaux sociaux pour sauver « l’émission 30 millions d’amis » peut être devriez-vous vous pencher, comme nous l’avons fait, sur les comptes de « la fondation 30 millions d’amis »? Une occasion de comprendre le système de vases communicants mis en place par la présidente à double casquette…

30m2

Il faut bien comprendre que l’émission télévisée « 30 millions d’amis » n’est pas la propriété de la fondation du même nom. Elle appartient à la société commerciale de Réha Hutin, une société anonyme appelée PROTV qu’elle détient à 100 % et qui ne dépose plus ses bilans depuis 11 ans. Une première question nous vient donc à l’esprit :

  • 1- Est-il normal que France télévisions ait pu acheter, avec l’argent du contribuable, une émission produite par une société qui ne dépose pas ses comptes depuis 2005 ?

Compte tenu du fait qu’il ne nous était pas possible d’éplucher les comptes de cette société anonyme unipersonnelle, nous nous sommes intéressés aux bilans et annexes, publiés par le Journal Officiel, de la fondation « à but non lucratif » que Réha Hutin préside sans partage depuis le décès de Jean-Pierre Hutin. Une fondation qui, à grand renfort de publicité, nous explique qu’elle est la première « partenaire » des refuges de France.

Il faut bien comprendre que le mot « partenaire » ne veut pas dire « propriétaire ». A ce jour, la fondation n’est propriétaire d’aucun patrimoine immobilier : pas le moindre refuge, pas le moindre dispensaire pour accueillir des animaux, pas le moindre bureau non plus, pour cette fondation qui capte pourtant en moyenne 10 millions d’euros par an de dons et de legs. Aussi incroyable que cela puisse paraître la fondation 30 millions d’amis n’est que sous-locataire. La société Pro TV de Réha Hutin se charge de lui sous louer ses bureaux du VIIIème arrondissement de Paris. En 2007, par exemple, la fondation a versé la modique somme de 99 028 euros à la société de Réha Hutin pour être « accueillie » dans les locaux de ProTV. Depuis 2008, la sous location génante est insérée dans une petite ligne du compte d’emploi intitulée « frais de fonctionnement » (362 983 euros en 2014), ce qui amène notre journal à poser cette deuxième question :

  • 2- Est-il acceptable que Madame Hutin, présidente de la fondation, sous-loue, avec l’argent des donateurs, les bureaux à Madame Hutin, propriétaire de la société qui loue ces bureaux ?

30m3

D’autant plus que ce n’est pas l’argent qui manque pour se loger puisque la fondation 30 millions d’amis n’ayant pas de structure pour accueillir les animaux, cumule les réserves financières depuis des années. On pourra bientôt l’appeler la « fondation 30 millions d’euros » !

30m4

Jugez plutôt : en 2007 la trésorerie de la fondation était de 6 229 000 euros, en 2014 elle était de 26 millions d’euros sans compter les 9 millions de legs à réaliser dans l’année. Chapeau ! Ce qui pousse notre journal à poser cette troisième question :

  • 3- Est-il moral que Madame Hutin et sa fondation, sous prétexte d’ « aider les animaux abandonnés », cumulent une trésorerie de presque 30 millions d’euros pendant que la plupart des refuges indépendants sont dans les pires difficultés financières ? Est-il raisonnable que des dons et des legs soient récupérés dans la France entière pour financer une fondation qui n’a aucun refuge ?

La « partenaire » des refuges est chiche en affaires ! Elle ne redistribue que 30 % de la collecte de dons et réalisation de legs à différentes associations qu’elle préfère, sous la forme de croquettes, de gamelles, de cages siglées (au nom de l’émission-fondation) ou de médicaments. On n’est jamais trop prudent ! La fondation ne donne pas d’argent ! On ne sait jamais, si un des présidents d’associations aidées par la fondation avait l’idée de faire de cet argent autre chose de s’occuper des animaux. Il est vrai que dans ce domaine, Réha Hutin, la présidente de la société de production, en connaît un rayon. Une partie de l’argent de la fondation a servi, par le passé, à payer des cameramans et des réalisateurs. Elle a été condamnée par le conseil des Prud’hommes en 2012 pour ne pas avoir fait de contrats de travail à plusieurs de ses intermittents qui exerçaient pour elle à plein temps, des personnes qui précisaient qu’elles touchaient parfois des feuilles de paye de la fondation (et pas de la société de production). Ce qui nous pousse à poser cette quatrième question :

  • 4-Est-il acceptable que l’argent confié par les donateurs et les légataires pour aider les refuges se transforme en fabrication de contenus audiovisuels ou en rémunérations d’intermittents du spectacle ?

Visiblement Madame Hutin fait faire des économies à sa société de production. Une société commerciale qui n’a pas besoin d’acheter de la publicité pour faire connaître l’émission. La fondation le fait très bien à sa place. Plutôt que de donner une grosse part aux refuges nécessiteux, elle préfère acheter des campagnes de publicité. Chaque année 3 millions d’euros sont utilisés pour financer des « actions de sensibilisation » qui portent le nom de son émission-fondation et 2 millions sont utilisés pour financer des campagnes de recherche de dons. Cela nous incite à formuler cette interrogation :

30m5

  • 5-Est-il légal que les dons pour lesquels l’Etat accorde un crédit d’impôts servent à payer des campagnes de publicité ou de recherches de fonds d’une fondation qui porte le nom d’une émission de télévision propriété exclusive de Madame Hutin ?

Le mélange des noms, des genres et des locaux ne pose visiblement pas de problème à Réha Hutin. A l’annonce de l’arrêt de l’émission 30 millions d’amis qui lui appartient et qui lui rapporte des revenus considérables, elle a sollicité les refuges « partenaires » et les contacts obtenus par la fondation « à but non lucratif » pour influer sur la décision de la direction de France 3.


Suite à cet article, la Fondation 30 millions d’amis nous écrit :

« La Fondation 30 Millions d’Amis tient à apporter ce correctif suite à l’article intitulé « Il faut arrêter 30 millions d’amis ! » publié par Le Journal de la Protection Animale et ce conformément aux dispositions de l’article 1 du décret 2007-1527 du 24 octobre 2007 : Il ressort de cet article une volonté manifeste du JPA de jeter un discrédit sur la Fondation 30 Millions d’Amis par une suite d’allégations et d’amalgames parfaitement infondés et une présentation tronquée, voire falsifiée, de documents. La Fondation 30 Millions d’Amis est reconnue d’Utilité Publique depuis 1995 et intervient dans la cause animale depuis 1982. De ce fait, et conformément à la Loi, la Fondation 30 Millions d’Amis réunit un Conseil d’Administration deux fois par an aux fins, notamment, de valider l’intégralité de ses comptes. A ce titre, ce Conseil est composé notamment : – du ministère de l’intérieur, de l’outremer et des collectivités territoriales ; – du ministère de l’agriculture et de la pêche ; – du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer ; – de 4 administrateurs. De plus, un Commissaire aux Comptes indépendant certifie annuellement les comptes. Les comptes sont donc soumis à un double contrôle. Ils ont toujours été approuvés et n’ont jamais fait l’objet de remarques ou de sanctions. En outre, au sujet de la répartition et de la gestion des dons, contrairement aux allégations du JPA, la Fondation 30 Millions d’Amis a redistribué 76,85% de ses recettes aux animaux en action directes ou indirectes en 2007. En 2014, ces mêmes aides – financières et matérielles aux refuges et associations (plus de 400), enquêtes et interventions judiciaires notamment de sauvetage d’animaux maltraités, opérations d’aides aux SDF et à leurs animaux de compagnie, aides à l’adoption on-line, campagne de sensibilisation, etc. – représentent 75,88% des recettes. Prétendre le contraire est purement et simplement mensonger. La lecture des bilans de 2007 ou de 2014 (à savoir ceux repris par le JPA) est par ailleurs très claire à ce sujet, encore faut-il les publier intégralement et non pas de façon tronquée comme cela a été fait, voire falsifiée car ne correspondant pas aux documents déposés au Journal Officiel. De plus, depuis le décès de son époux, Madame Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, continue bénévolement son action et son combat pour la défense animale. Les administrateurs et ministères de tutelle précités ont toujours approuvé et validé ses actions. Il est donc faux de dire que Madame Reha Hutin « préside sans partage ». Enfin, le JPA entretient une confusion volontaire et délibérée entre la Fondation 30 Millions d’Amis et la société PRO TV. Ces deux entités sont parfaitement distinctes juridiquement et scrupuleusement contrôlées. En conclusion, les propos contenus dans l’article « Il faut arrêter 30 millions d’amis ! » participent à une volonté manifeste de dénigrement et de déstabilisation de la Fondation 30 Millions d’Amis, laquelle se réserve le droit d’agir en justice. L’engagement de la Fondation 30 Millions d’Amis pour la défense animale depuis plus de 30 ans lui impose cette transparence. Transparence qui a été, est, et restera toujours totale.
La Fondation 30 Millions d’Amis »


La réponse du Journal de la Protection Animale
au « rectificatif de la Fondation 30 millions d’amis »

Chère Madame la Fondation, ou plutôt, Chère Madame PRO TV ou plus simplement Chère Madame Hutin

C’est la première fois que vous nous écrivez et nous sommes heureux de pouvoir enfin vous parler. Dans le texte menaçant que vous nous avez envoyé, vous vous offusquez de l’article que nous avons publié. Sachez que dans notre pays, nous sommes encore en démocratie. Le fait d’avoir une opinion et en l’occurrence de dire qu’ « il faut arrêter 30 millions d’amis ! » n’est pas un délit, que cela vous plaise ou non.

Sur bien des aspects, votre « rectificatif » est particulièrement instructif et nous conforte dans nos positions. La phrase qui suit nous a beaucoup amusés : « le JPA entretient une confusion volontaire et délibérée entre la Fondation 30 Millions d’Amis et la société PRO TV. Ces deux entités sont parfaitement distinctes juridiquement et scrupuleusement contrôlées. »

Si la Société PRO TV et la Fondation 30 Millions d’amis sont parfaitement distinctes pourquoi la Société PRO TV sous loue t’elle ses locaux à la Fondation 30 millions d’amis ? Si la Société commerciale PRO TV que vous détenez en totalité est juridiquement et scrupuleusement contrôlée pourquoi ne déclare t’elle pas ses comptes depuis 2005 ainsi qu’elle y est légalement tenue ? Si la Société PRO TV est distincte de la Fondation 30 millions d’amis pourquoi, vous Madame Hutin, vendez vous à France Télévisions une émission intitulée « 30 millions d’amis » au profit de votre société commerciale ? En fonctionnant ainsi, n’est-ce pas vous, Madame Hutin qui entretenez une confusion ?

Sans vouloir encore plus vous contrarier, Madame la Fondation, sachez que votre façon de compter nous a également beaucoup inquiétés. En écrivant « En outre, au sujet de la répartition et de la gestion des dons, contrairement aux allégations du JPA, la Fondation 30 Millions d’Amis a redistribué 76,85% de ses recettes aux animaux en action directes ou indirectes en 2007. En 2014, ces mêmes aides – financières et matérielles aux refuges et associations (plus de 400), enquêtes et interventions judiciaires notamment de sauvetage d’animaux maltraités, opérations d’aides aux SDF et à leurs animaux de compagnie, aides à l’adoption on-line, campagne de sensibilisation, etc. – représentent 75,88% des recettes. » Vous montrez une drôle de façon dans l’art d’affecter les millions. Si vous considérez que faire des campagnes de « sensibilisation » (3,5 millions d’euros en 2014) qui font la promotion de votre marque sont une « redistribution aux différentes associations », nous en sommes abasourdis.

De plus la phrase où vous expliquez que : « Madame Réha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, continue bénévolement son action et son combat pour la défense animale. » signifie-t-elle que le « bénévolat » de Madame la Présidente de le Fondation est l’action qui consiste à vendre l’émission « 30 millions d’amis » à son profit ?

Que dire de la phrase : « Les administrateurs et ministères de tutelle précités ont toujours approuvé et validé ses actions. » ? Elle est glaçante. Comment l’Etat a-t-il pu, depuis des années, laisser durer une telle situation ? Il est grand temps que ces ministères se penchent assidument sur votre fonctionnement.

Pour ce qui est de la « présentation tronquée, voire falsifiée, de documents » dans notre article, sachez que la première photo de l’article est la capture d’écran des greffes du tribunal de commerce que consacre Infogreffe à la Société PRO TV de Madame Hutin. Les autres éléments photographiés ne sont que les extraits des comptes que vous avez déposés au Journal Officiel que nous avons commentés. Nous conseillons à nos lecteurs de consulter librement vos comptes annuels et annexes publiés au JO parce que vous savez très bien que nous ne pouvons dans un article en reproduire l’intégralité.

Pour finir, dans votre « rectificatif » ce qui est le plus intéressant ce n’est pas ce que vous dites, mais plutôt ce que vous ne dites pas. Vous ne contestez à aucun instant les éléments qui figurent dans nos questions :

  • Le fait que France Télévisions ait pu acheter, avec l’argent du contribuable, une émission produite par votre société PRO TV qui ne dépose pas ses comptes depuis 2005
  • Le fait que la Société Pro TV sous-loue les locaux à votre fondation
  • Le fait que votre fondation cumule une trésorerie de presque 30 millions d’euros pendant que la plupart des refuges indépendants sont dans les pires difficultés financières
  • Le fait que vous récupériez des dons et des legs dans la France entière alors que vous n’avez aucun refuge
  • Le fait que vous utilisez une partie de l’argent confié par les donateurs et les légataires pour fabriquer des contenus audiovisuels ou des rémunérations d’intermittents du spectacle
  • Le fait que les dons pour lesquels l’Etat accorde un crédit d’impôts servent à payer des campagnes de publicité ou de recherches de fonds d’une fondation qui porte le même nom qu’une émission de télévision, propriété exclusive de Madame Hutin

Pour ce qui du « droit d’agir en justice » sachez que nous n’avons aucune réticence à ce que le dossier « 30 millions d’amis » soit épluché devant un tribunal de notre République, bien au contraire.

Chère Madame la Fondation, ou plutôt, Chère Madame PRO TV ou plus simplement Chère Madame Hutin, nos meilleures salutations !

Alain Lambert,
Responsable de la rédaction du Journal de la Protection Animale